La Kif Kif Family

bannière kif kif family
3emeCLASS
BRICE Kapel
dobet gnahoré
Jimmy Oihid
Léon
Kanazoé Orkestra
KARRE MANDING
TIWIZA
Seydou Diabaté
Sofaz

Découvrez les artistes ci-dessous :

photo 3eme class

3ème Class perpétue la tradition musicale toulousaine en fusionnant reggae, hip-hop, ska et musiques du monde dans des compositions explosives.
Un mélange emprunt d’énergie aux influences telles que Spook and the Guay, Massilia Sound System ou Babylon Circus.
Les gens s’accordent à dire que c’est un groupe qui se rencontre avant tout sur scène !
Ils sortent leur premier album le 12 avril 2018 lors d’un concert au Rex de Toulouse.

Musiciens : Jeremy – Chant / Romain – Guitare, Chant / Thomas – Batterie / Romico – Basse / Arnaud – Saxophone alto / Jamyl – Trompette

Télécharger le dossier de présentation : ici

brice kapel

Si les enfants sont les héros de l’histoire et du spectacle, il n’en est pas moins une belle leçon de vie pour les parents. Au creux des mots simples de Brice Kapel, baignés dans la chaleur de sa voix et des rythmes divers, ils trouveront la preuve que la meilleure arme de la vie reste le rêve.
Il n’y a qu’à se laisser prendre la main…

Télécharger le dossier de présentation : ici

dobet gnahoré

Création 2015  / Chorégraphie & mise en scène : Dobet Gnahoré et Harold George

Danse afro-contemporaine

Dans son spectacle « Femme tout simplement », l’artiste ivoirienne Dobet Gnahoré, connue pour sa voix remarquable, se mue en chorégraphe et danseuse spectaculaire ! Elle y partage son combat, ses émotions de femme, la douceur qui constitue son moteur mais surtout sa force, qui s’exprime par le corps. Force face à la maladie, aux hommes, aux traditions, aux regards des autres et face à soi-même. Accompagnée par deux musiciens, elle nous fait vivre et partager des moments tantôt émouvants, tantôt durs, tantôt joyeux, avec un brin de théâtralité. Mouvements, textes, musiques et chants se succèdent au rythme de scènes fascinantes.

Durée : 45 minutes / Chorégraphie & mise en scène : Dobet Gnahoré et Harold George / Interprètes : Dobet Gnahoré / Musiciens : Souleymane Ouattara et Julien Pestre / Composition Musicale : Dobet Gnahoré et Souleymane Ouattara / Co-production : Asbl Baara, Dunia Dance Theater, Dell’Arte / Résidence de Création : Le Metronum – Toulouse (31) / octobre 2015

Télécharger le dossier : ici

Irina Gonzalez
Chanteuse, guitariste et compositrice de Santa Clara, Cuba



Elle vit à Toulouse où elle présente le meilleur de ses compositions, un répertoire subtil, émouvant et original. Elle se fait accompagner par Sunny Adroit à la basse et Andy Berald-Catelo à la batterie. Avec son trio elle a enregistré un premier Ep intitulé ‘’Mestiza’’ sous le nom de ‘’La Gitana Tropical”.

Aujourd’hui, Irina Gonzalez porte son propre nom et a sorti son nouvel album « Emigrar ». Un album où elle est à la recherche de nouvelles sonorités qui ont comme seul but de transmettre un message de paix et d’amour à travers sa musique.

Cet album est dédié à tous les exilés du monde, qui ont dû émigrer par nécessité ou qui ont simplement suivi un rêve, un souhait. Dans cet album, on écoutera, on dansera, on pleurera, on rira et on profitera de 13 morceaux originaux. Des compositions écrites à des moments différents, avec des émotions diverses et toujours sincères.

Un album qui vous accueillera avec des rythmes et des mélodies variées ; avec une instrumentation aussi particulière : un quatuor de saxophones, un sitar indien, des choristes du gospel et quelques autres surprises. Cet album, composé et arrangé par elle-même, réunit plusieurs nationalités pour former un cocktail multiculturel : Cuba , Île de la Réunion, Guadaloupe, Guinée, Mexique et France.

Pour le découvrir, cliquez ici

Jimmy Oihid

Né a Blida en Algérie, Jimmy Oihid arrive en France à l’âge de 6 ans pour mener son 1er combat, un combat contre la maladie. C’est pendant cette période qu’il travaille sa voix et son oreille en écoutant James Brown, Jimi Hendrix, Bob Marley, Otis Redding, Brel, Piaf …

Un maillot de foot de l’équipe nationale d’Algérie sur le dos, Jimmy compose son équipe de choc.  En attaque, le Groove énergique de sa voix de bluesman puissante et chaleureuse. Au centre il joue avec les styles rythm’n blues, rock, funk, reggae, sur les cotés, des musiciens de talents prêts pour ses envolés vocales. En défense, ses racines le Chaabi (chant algérois) l’arabo-andalou, le Gnawa, et dans les buts sa conscience, gardienne de qui il est et d’où il vient.

leon showmanIl y a des artistes surgis de nulle part qui ont la capacité de captiver l’auditeur dès la première écoute, presque par surprise. Léon fait partie de ceux-là.
Dès son plus jeune âge, Léon utilise la musique pour chasser le blues. Et la soul américaine est son genre de prédilection.

En 2008, une rencontre fortuite avec un vieil ami, Jao, va donner à Léon l’envie de retourner dans l’arène. Jao croise Léon alors que ce dernier sort du Bikini, fameuse salle de concerts toulousaine, où il vient de donner un show produit par une association récoltant des fonds pour les enfants malades. Jao, qui a fait un très long séjour aux Etats-Unis a envie de travailler sur de la soul, il lui faut un chanteur.
Certains appellent ça le destin.

Parmi les premières chansons , il y a « Showman ». « Ça parle d’un gars qui dit à sa femme qu’il veut bien faire le ménage et s’occuper des enfants, mais qu’elle doit le laisser faire des shows de temps en temps parce que tout ce qu’il sait faire, c’est de la musique. C’est un peu mon histoire ! ». Puis c’est la rencontre avec Pompon qui flashe sur le travail de Léon, il lui propose ses services pour son album. Banco. Il amène avec lui une équipe de jeunes musiciens déterminés parmi lesquels le pianiste Alex Cantié et le batteur Kevin, fils d’un des musiciens d’Images. Le son est live, souvent enregistré en une prise.

La thématique qui émerge est l’amour, avec une touche de nostalgie : « Ça m’a permis d’évacuer ce qui me faisait mal, ce disque a été comme un exorcisme » raconte Léon. Le résultat ? Treize titres passionnés, originaux, que Léon attend impatiemment de faire découvrir sur scène, l’endroit où, de son propre aveu, il se sent le mieux.
Voici donc Léon. Un soulman moderne avec ses héros et ses modèles. Mais surtout, avec son propre style.

Télécharger le dossier de présentation : ici

SEYDOU DIABATE DIT KANAZOÉ est reconnu par ses pairs à travers toute l’Afrique mandingue comme le jeune génie du balafon, tant pour ses prouesses techniques, que sa créativité et sa musicalité !
Il est né au Burkina Faso, Afrique de l’Ouest, dans une célèbre famille de griots, où il a débuté sa formation dès l’âge de 5 ans avec son père. Multi-instrumentiste, il joue les balafons dioula, sambla et toussian (pentatoniques), le balafon diatonique (« djelibalan » ou balafon guinéen) et aussi le « kamelen n’goni », une harpe pentatonique. Quand il chante ses textes, c’est en langue dioula. Il écrit sur la famille, l’amour, la société, le rôle de la musique.
Installé à Toulouse, il a rassemblé autour de lui une équipe de musiciens du cru, rompus aux sons métissés pour créer : KANAZOÉ ORKESTRA.

 

C‘est l’histoire d’un griot voyageur, qui puise le son dans la tradition et le magnifie dans la rencontre lors de l’exil. Ses baguettes deviennent invisibles tant elles bondissent sur son xylophone aux notes bien aiguisées. Les mélodies viennent de loin, elles ont cheminées. Bien accompagné, il exulte !
La qualité technique et l’élan festif sont les deux clefs de voûte de ce projet mené par Kanazoé et sa virtuosité au balafon. Il nous offre une musique musclée et émouvante à la fois, tout en n’oubliant pas d’être dansante.

Musiciens : Seydou Diabaté dit Kanaoé,  Zaky Diarra, Mamadou « Madou » Dembélé, Martin Etienne, Elvin Bironien, Stéphane Perruchet, Laurent Planells.

 

Télécharger le dossier : ici

Karrémanding

Les textes en français, wolof et dioula, racontent l’itinéraire hors du commun d’un artiste passionné et engagé. Ils témoignent de ce métissage, de ce point d’équilibre à trouver lorsque l’on navigue entre deux mondes.

Attaché à sa culture africaine tout autant qu’à sa culture occidentale, refusant d’avoir à choisir, comme on refuserait de choisir entre un père ou une mère, en parfait équilibriste il a décidé de transformer ce dilemme en force créatrice.

Ses textes sont beaux, ses mélodies sont dansantes et ivres d’énergie. Ensemble ils apportent les notes rythmées et chaleureuses aux chansons que Kako nous interprête avec sincérité et générosité…

Avec Karamo KonKoné – Chant / Melissa Renard – Contrebasse / Dramane Daho – Guitariste / Cyril Piquet – Percussions

Télécharger le dossier de présentation : ici

tiwiza
« Mes ancêtres m’appellent je réponds à leur voix ils me disent que c’est elle la raison du combat elle est mon seul héritage un trésor millénaire étoile à travers les âges elle est l’âme de ma terre »


Par ces quelques mots se révèle le secret d’un peuple, l’histoire d’une vie et le cœur d’un projet.  Tiwiza, est une tradition amazigh (berbère), séculaire, portée sur la solidarité. C’est le nom que s’est choisi le groupe franco-algérien, fondé à Toulouse en 2012 pour sa notion de collectif.  Fusion énergique, rythmes percussifs, rifs chaâbi (populaire) ou blues touareg, arrangements efficaces et propos engagés…l’esprit est rock. Groupe de scène avant tout, Tiwiza offre une musique populaire, profondément enracinée en terre africaine qui amalgame, de façon naturelle, tradition et modernité.

Déclamé dans trois langues (français, berbère, arabe), le message porté est celui d’un ancêtre, qui clame sa soif de liberté et sa légitimité d’existence. Par le spectre de la lutte du peuple amazigh pour sa survie, Tiwiza étend son regard critique sur l’injustice, où qu’elle soit, s’inscrivant ainsi dans la marche universelle des Hommes en lutte pour la sauvegarde du seul trésor authentique qu’ils possèdent : leur culture.

Le propos, parfois acerbe, naît du constat d’une réalité amère, dont Tiwiza s’ingénie à dédramatiser par la satire et l’ironie distillant ainsi l’amour, l’espoir, le respect et un esprit festif à toute épreuve. Des notions qui animent le projet depuis ses origines.

 Télécharger le dossier de présentation : ici

Seydou Diabaté

SEYDOU DIABATÉ dit KANAZOÉ est reconnu par ses pairs à travers toute l’Afrique mandingue comme le jeune génie du balafon, tant pour ses prouesses techniques, que sa créativité et sa musicalité ! Il est né au Burkina Faso, dans une célèbre famille de griots, et a débuté sa formation avec son père dès l’âge de 5 ans. Multi-instrumentiste, il joue les balafons dioula, sambla et toussian pentatoniques, le balafon diatonique (« djelibalan » ou balafon guinéen) ainsi que le « kamelen n’goni », une harpe pentatonique. Après avoir collaboré entre autres avec Harouna Dembélé, Badje Tounkara et Abou Diara, il a rassemblé autour de lui une équipe de musiciens du cru, rompus aux sons métissés pour créer : KANAZOÉ ORKESTRA. La virtuosité de l’artiste et l’élan festif sont les deux clefs de voûte de ce projet.
Kanazoé est capable de s’adapter facilement pour jouer avec différentes formations.

STAGE & COURS
Seydou propose des cours à l’heure et des stages sous différentes formules, à la demande.
N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour discuter de ce qui est possible.

Seydou stageSeydou stage 

SofazSofaz est un jeune volcan Maloya-électro métissé et multiculturel.

Depuis son apparition il y a 5 ans, ses activités créatives exercent un très fort magnétisme sur toute forme de vie, sédentaire ou migratrice…
Lors des éruptions, les nuées ardentes de la danse Gnawa exhalent le cri puissant d’un saxophone aurifère. La lave profonde du kayamb ou de la guitare jaillit tout droit de sous le manteau d’un break beat & bass bouillonnant et nourricier, que les diamants du djembé sertissent.
C’est ici que les tendres alizés des chants créoles ont choisi de se retrouver, en cet havre chaleureux de transe, de partage et de respect.

 

Télécharger le dossier de présentation ici

Les commentaires sont clos.